Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA CONFECTION DE LA COQUE

Publié le par Christian Lelandais

 
 
 
 
Dans le précédent article, il a été question du type de bateau à réaliser en fonction de la bouteille choisie. Le plan à l’échelle 1 a été dessiné. Il servira de référence durant toute la fabrication du modèle.
ATTENTION :  la hauteur maximum de la coque ne doit jamais dépasser les 2 tiers du diamètre du goulot.
En fonction de ces éléments, prendre un tasseau de 2x2 cm de bois tendre. Le couper à la bonne dimension et tracer le dessus de la coque. Avec un couteau ou cutter, tailler le tasseau en suivant le contour de la coque pour obtenir une première ébauche.
 
 
Ensuite tracer sur le côté de cette ébauche la proue, la poupe et la tonture du navire de façon à obtenir une silhouette identique au plan réalisé. Toujours à l’aide d’un objet tranchant tailler cette coque pour obtenir son aspect définitif..
 
Il faut ensuite creuser la partie supérieure de cette coque , sur une profondeur de 1,5 mm afin d’obtenir le pavois ainsi que le pont définitif.
Suivant le modèle choisi, il faudra aussi creuser le dessous de la coque pour obtenir un tunnel qui servira au passage des différents fils  faisant fonction d’étais.
 
 
           
   
Poncer une première fois cette coque avec du papier de verre.
 
En se servant du plan, il faut marquer et percer  sur cette coque tous les trous qui vont servir au passage des fils des haubans, des étais, des bras des vergues et autres…
 
Faire  le ponçage définitif avec du papier de verre au grain très fin.
 
Peindre la coque aux couleurs choisies.
 
Il est possible de faire figurer des faux-sabords.
Voici trois procédés pour leur fabrication :
Première méthode :
Les faux sabords sont peints, à plat, sur un morceau de papier blanc. Ce papier est ensuite découpé et collé de chaque côté de la coque.
Deuxième méthode :
Les faux sabords sont peints directement de chaque côté de la coque avec un pinceau très fin.
Troisième méthode :
Les faux sabords sont dessinés avec un stylo à encre de chine le plus fin possible. La partie noire est aussi faite à l’encre de chine.
La partie noire ne doit jamais toucher le liston du haut.
Une particularité pour les terre-neuvas armés à GRANVILLE(Manche), les parties noires n’étaient pas perpendiculaires par rapport aux listons, mais obliques.

 

 

Commenter cet article