Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES VOILES

Publié le par Christian Lelandais

 
 
Les premiers bateaux en bouteilles n’étaient pas  munis de voiles. Ce n’est qu’un peu plus tard que les modèles fabriqués en ont été pourvus. Elles furent d’abord confectionnées principalement en papier (voir également le nota en fin d'article). Actuellement elles sont très souvent confectionnées en tissu ou autres matériaux.
 
Voiles en papier :
Il faut dessiner le plan de la voilure sur une feuille de papier de préférence assez épaisse. Tracer au crayon à papier les laizes et ris des deux côtés. Découper ces voiles en laissant une petite bande de papier de 1 mm environ au haut de celles-ci. Cette petite bande de papier sera pliée à 90° par rapport à la voile pour permettre de la coller sous le dessous de la vergue. Il faut aussi avant de les mettre en place les rouler autour d’un crayon pour leur donner une forme convexe qui donnera ainsi l’aspect de  voiles gonflées par le vent.
Pour la brigantine, la bande de papier supplémentaire sera naturellement laissée du côté lui permettant de la coller sur le mât d’artimon.
Les voiles d’étais et focs seront faites différemment. Il faudra les dessiner de façon à pouvoir les plier en deux pour leur donner leurs formes définitives. Elles chevaucheront ainsi les fils d’étais et seront collées sur elles-mêmes en veillant à ce que certaines puissent coulisser sur ces fils d’étais. Cela permettra ainsi de détendre complètement ces fils d’étais au moment de coucher la mature sur le pont. Ces voiles seront collées définitivement une fois le bateau mis en place dans la bouteille.
 
Voiles en tissus :
Procéder de la même façon. Reproduire le plan de la voilure sur le tissu. J’utilise de la  soie. Elle a l’avantage d’être fine et ainsi de donner un meilleur aspect à l’ensemble. Je teinte ces voiles suivant les couleurs choisies soit à l’aide de thé soit avec de la teinture pour tissu.
Pour reproduire les laizes, je colle du fil à gant sur ces voiles. Je termine en collant également un fil à gant en haut et en bas de ces voiles. Ensuite je découpe les voiles au raz de ce fil. J’obtiens ainsi une voile assez rigide. Il suffit maintenant de coudre un bout de fil à gant de 5 centimètres de longueur aux extrémités inférieures de chaque voile. Naturellement j’ai procédé de la même façon que pour les voiles de papier, c’est à dire que j’augmente la partie supérieure de la voile de 1 mm afin de pouvoir la coller sous la vergue.
Je colle donc chaque voile sous la vergue correspondante et ceci  perpendiculairement au mât.
Lorsque l’ensemble est bien sec, je noue les  fils ajoutés à la  voile, à chaque extrémité de la vergue située juste au-dessous de celle-ci. J’obtiens ainsi directement l’illusion du vent soufflant dans la voile.
Pour les voiles les plus basses, il faut coudre des bouts de fils de 30 cm afin de  les faire traverser le bastingage à hauteur du mât de l’extérieur vers l’intérieur. Ces fils ne seront collés et coupés que lorsque le bateau sera définitivement en place dans la bouteille.
Les voiles d étais et focs seront collés bord à bord avec les fils. Il faut veiller à ne pas mettre de voiles sur les fils devant être complètement détendus pour permettre de coucher la mâture sur le pont.

Les ris peuvent être représentés en les confectionnant avec du fil à gant. Un point de colle sera mis à l’endroit ou ce fil traverse la voile. Il ne reste plus qu’à couper tous ces fils à la même dimension et de les appliquer de chaque côté, le long de la voile à l’aide d’un fer à repasser.

Nota: C'est aussi possible d'utiliser d'autres matières pour fabriquer les voiles. La peau de poisson séchée rend bien ainsi que les feuilles de maïs.
Dans les temps anciens, les constructeurs de bateaux utilisaient aussi des copeaux de bois qu'ils imprégnaient de colleou autre solidifiant pour qu'ils gardent leur galbe ou encore du bois tendre creusé et galbé dans la masse.

Commenter cet article